20/09/2013

Plan directeur cantonal: contre les Genevois, contre le logement et pour les frontaliers!

Le plan directeur cantonal qui est soumis au Grand Conseil est combattu par le MCG pour une raison toute simple.

C'est un plan transfrontalier qui s'inscrit dans l'optique du Grand Genève. Une optique catastrophique aux yeux du MCG, parti de l'opposition constructive.

Voici nos critiques en résumé:

1. la mobilité se réalise uniquement en faveur des frontaliers qui voient l'accès à Genève facilité, alors que les résidents du canton de Genève doivent subir les chicanes et toutes les mesures de dissuasion.

2. les logements proposés ne sont qu'un miroir aux alouettes, puisqu'on trace des plans sur la comète. Actuellement, des dizaines de milliers de logements pourraient déjà être construits. Nous exigeons depuis huit ans une vraie politique en la matière ici et maintenant.

3. Il faut s'interroger sur une politique du logement prioritaire pour les Genevois, ce que ne fait pas ledit plan puisqu'il s'inscrit dans ce grand Genève, cette chimère qui trompe uniquement les naïfs.

4. Le MCG réclame une politique de développement qualitatif, qui s'inscrit dans la priorité de l'emploi et du logement pour les résidents genevois et les citoyens suisses.

Chacun devrait apprécier en toute liberté nos positions, s'il les partage ou non.

On peut déplorer l'article partial de ce matin paru dans la Tribune qui fait un mélange confus de commentaires et informations (péché capital en matière journalistique) et qui refuse de présenter objectivement les thèses du MCG. Ou comment déformer un débat parlementaire, en faisant entrer la totale subjectivité du commentateur politique et en censurant une opinion importante.

La Tribune est libre de soutenir le Conseil d'Etat, mais encore faut-il qu'elle annonce clairement qu'elle est un journal gouvernemental et qu'elle laisse loyalement la parole à l'opposition parlementaire qu'est le MCG sans déformer sa politique qui figure d'ailleurs très clairement dans le rapport de minorité du Plan directeur cantonal.

François Baertschi, Secrétaire général du MCG et candidat au Grand Conseil

Votez MCG - Liste 9 au Grand Conseil - Liste 10 au Conseil d'Etat

12:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

16/09/2013

Assassinat d'une thérapeute: les erreurs du Gouvernement

Vendredi dernier, le Gouvernement genevois présentait une conférence de presse pour ne rien dire, à propos de l'assassinat d'une thérapeute par un violeur multirécidiviste.  C'est la preuve que cette affaire a accédé très tôt au niveau politique. Il aurait été plus décent de laisser aux services chargés de l'enquête le soin de communiquer. C'est déjà la première erreur.

Le Gouvernement genevois étant monté en première ligne, l'affaire devient une affaire d'Etat. En choisissant la langue de bois et en ne disant rien ou presque, le Conseil d'Etat a commis une autre erreur.

En cherchant maladroitement à s'excuser et à banaliser, ce gouvernement a osé sortir des statistiques, qui sont la forme suprême du mensonge. Puisqu'on peut utiliser les chiffres comme on veut en la matière, toute personne honnête et informée le sait bien.

On sent très bien que le Conseil d'Etat est pris en otage par certains de ses services d'où viennent les véritables décisions. Il est vrai que notre Gouvernement n'a pas de politique pénale et mène une action à la petite semaine sans se poser de questions.

Quand il n'y a pas de népotisme dans l'air comme la nomination de la grande directrice des affaires pénitentiaires, notoirement incompétente puisqu'elle doit être "coachée",  et bien évidemment, cette personne est très proche, par des liens familiaux, du parti dominant au sein du Gouvernement.

Chacun doit assumer ses responsabilités. Ce que le Gouvernement ne fait pas.

Un Mauro Poggia, en son temps, avait eu le courage d'attaquer les responsables du sang contaminé par le VIH à Genève (ce qui lui avait valu de solides inimitiés). Il nous manque des politiques de courage, alors que beaucoup se pavanent dans les pages people des journaux.

Voilà le résultat, voilà le désastre.

François Baertschi, Secrétaire général du MCG et candidat au Grand Conseil

P.-S: Il existe toujours des malfaisantes et des malfaisants, dont le nom ne mérite pas d'être retenu. Hier, sur le stand MCG à Plainpalais, une ancienne cadre supérieure de l'Hôpital cantonal est venue insulter de manière méchante et gratuite la personne de certains militants. C'est pathétique et cela démontre le malaise qui règne chez certains. Un autre malfaisant habituel sévit sur les blogs en distillant des contre-vérités 300% fausses contre le MCG : les défenseurs du Gouvernement sont vraiment tombés dans la fange. Cela signifie que le MCG vise juste et cela nous encourage à continuer pour le bien de tous.

12/09/2013

Emplois: qui nous trompe? Sandrine Salerno ou Isabel Rochat?

Voilà ci-dessous, la démonstration de la faillite à la fois du Conseil d'Etat genevois et du Conseil administratif de la Ville en matière d'emploi des résidents genevois.

Un chômeur qui galère se rend à l'Office cantonal de l'emploi. Travailleur du bâtiment, il demande si la Ville de Genève aurait des offres d'emploi dans son domaine.

Le "placeur" ou "conseiller" lui indique que la Ville de Genève ne transmet pas ses offres d'emplois à l'Office cantonal de l'emploi.

Or, la Conseillère administrative de la Ville, la socialiste Sandrine Salerno, a répondu à des conseillers municipaux que la Ville de Genève transmettait ses offres d'emploi à l'Office cantonal de l'emploi.

Quant à la Conseillère d'Etat, la PLR Isabel Rochat, elle prétend faire relayer par ses services de l'Office cantonal de l'emploi les offres d'emplois.

Voilà comment on crée des chômeurs artificiellement et comment on engage des frontaliers inutilement!

La question politique à se poser est de se demander qui nous trompe: l'élue socialiste Sandrine Salerno ou la PLR Isabel Rochat?

Une chose est sûre: les Genevois paient les pots cassés!

François Baertschi, Secrétaire général du MCG et candidat au Grand Conseil

10:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

11/09/2013

Le MCG: ni facho ni gaucho, mais "localiste" !

Ce matin encore, on lit dans le courrier des lecteurs de la "Tribune" le papier délirant d'une militante d'extrême-gauche qui insulte le MCG et nos affiches placardées sur les bus. Il faudrait interdire le Mouvement Citoyens Genevois selon cette militante extrémiste qui veut protéger ces "pauvres" dealers qui ont le droit de vivre, et les mendiants... Quand donc ira-t-on les subventionner? C'est déjà fait me glisse-t-on avec l'association Mesenrom.

Cette digne émule de Staline pousse même les frontaliers à faire des émeutes sur Genève en opposition au MCG. Contrairement à cette lectrice, nous respectons sa vision de la République mais nous la combattons néanmoins. La liberté d'expression est sacrée pour nous, pas pour elle.

Elle nous compare à Maurras, penseur français qui était royaliste, ce que nous ne sommes pas, et à Le Pen, pour qui votent de nombreux frontaliers. Au MCG, nous sommes habitués aux âneries, mais là c'est le bouquet!

Il convient de remettre l'église au milieu du village, selon la formule consacrée.

Démocrate, le MCG ne peut être ni facho ni gaucho. C'est irréfutable.

Souvent les médias ou les analystes politiques traitent le MCG de parti "populiste", étant entendu que nous défendons de rendre le pouvoir aux citoyens, c'est-à-dire au Peuple. Tout parti qui s'en remet au Peuple, c'est-à-dire à une démocratie exigeante avec référendums et initiatives, devrait être décrit comme populiste.

L'identité du MCG peut mieux se décrire par le mot "localiste", qu'un de nos élus a utilisé l'autre jour. Notre ligne politique en atteste: Genève d'abord - priorité aux résidents genevois et aux citoyens suisses, etc.

Le MCG est clairement un parti "localiste" qui met en priorité le local et l'amélioration concrète de la vie des citoyens.

Souhaitons que l'expression fasse florès et que les analystes politiques réveillent un peu leur sens critique.

François Baertschi, Secrétaire général du MCG et Candidat au Grand Conseil

11:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

06/09/2013

EMS, une réforme pour plus d'humanité

Dans le cadre de la campagne du MCG pour les prochaines élections du Grand Conseil, je viens de rencontrer un employé d'EMS qui m'a fait un portrait très réaliste de ce qui s'y passe vraiment. Ce qu'il décrit a de quoi inquiéter, puisque dans certains de ces lieux on ne prend pas suffisamment en compte la personne. Lors de rénovations, des résidents sont parqués à Loex, ce qui les déstabilise profondément, par exemple. D'autres maisons n'ont pas d'animations ou d'activités dignes de ce nom.

Quand nous serons vieux, aurons-nous un accueil humain? Nous le souhaitons tous mais nous devons surtout préparer des conditions acceptables pour tous. Cela doit être impérativement garanti par un cadre législatif plus précis.

C'est une question délicate où l'être humain est au centre de la réflexion du MCG, qui s'est beaucoup engagé sur ce point.

Il y a également un réel problème avec l'omniprésence des frontaliers - et le mobbing qu'ils font subir aux employés genevois souvent minoritaires. Moins de dix employés résidents genevois sur un total de 50 dans une institution genevoise.

Il y a une différence de mentalité qui apparaît clairement. Pour les frontaliers qui ont pris le mauvais pli de la CGT, la pause passe trop souvent avant le confort des résidents.

Quant au mobbing contre les employés genevois, le Bureau directeur du MCG s'est battu avec vigueur contre la cabale qui avait été menée à l'encontre de l'une de nos membres dans un EMS genevois par des cadres frontaliers. Nous ne tolérons pas - et nous ne tolérerons pas - l'arrogance de certains frontaliers qui veulent faire la loi ici.

Le MCG s'est toujours battu en faveur d'une amélioration des conditions de vie en EMS pour les pensionnaires également.

Il y a d'autres valeurs que la rentabilité de ces institutions, les valeurs humaines, qu'il faudra défendre au Grand Conseil.

C'est l'un des combats importants du MCG, pour les Citoyens, pour Genève.

François Baertschi, secrétaire général du MCG, candidat au Grand Conseil

22:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5)

04/09/2013

Carnet de campagne 2: 100'000 frontaliers et une aveugle

Mardi 4 septembre. L'horloge avance et le travail pour le matériel électoral (flyers, pubs, etc.) doit être impérativement terminé pour avant-hier. Des bénévoles, David et Brice, s'occupent d'aller chercher le matériel chez des imprimeurs genevois, qui sont tout à fait compétitifs au niveau qualité-prix et méritent d'être soutenus.

Pas le temps d'aller sur internet... Eric Stauffer et Roger Golay sonnent le tocsin. La Tribune vient de sortir une statistique sur l'explosion du nombre de frontaliers: près de 69'000 et 100'000 en 2020 si Genève continue sur sa lancée. Aïe!

Dans les meilleurs délais, malgré les occupations des uns et des autres, nous envoyons un communiqué de presse pour dénoncer ce désastre annoncé pour les habitants de Genève. Nous nous insurgeons contre les déclarations de la conseillère d'Etat PLR Isabel Rochat, qui prétend qu'il n'y a pas de sous-enchère salariale due aux frontaliers. Si je respecte la personne et j'apprécie sa classe, je suis désolé de la monumentale erreur de casting qui a fait d'elle une conseillère d'Etat. Quand elle défend l'indéfendable, nous ne pouvons la laisser couler Genève.

Une personnalité genevoise, hors politique, me concède: Mme Rochat fait un gigantesque cadeau au MCG en tenant sa conférence de presse sur ce sujet à ce moment. Le MCG n'y est pour rien dans tous les cas. Mais c'est la preuve, une fois de plus, que la vie politique peut se montrer cruelle mais peut-on vraiment aider une personne qui est en train de se noyer et qui s'enfonce encore davantage, en risquant de nous emporter tous avec elle?

Après être allé chercher une clé USB remplie de clichés qu'un photographe me transmet au Cuba Café, je me retrouve près de la Chambre de commerce. Une personnalité de cette institution s'arrête et nous parlons du dernier journal du MCG, "Le Citoyen" qu'elle trouve très fort ou très violent. Je lui rétorque que c'est la réalité et que nous avons été très choqués d'apprendre que l'un de nos élus a été frappé à la barre de fer par des voyous à la place Grenus à 1 heure du matin. Je comprends que ce n'est pas sa tasse de thé, elle reconnaît que nous soulevons des problèmes mais nous devrions être plus doux ou plus diplomates. Mais est-ce que nous serions écoutés si nous agissions ainsi? Je ne le crois pas. Tout en gardant nos opinions divergentes, nous nous quittons amicalement.

Passant en vieille ville chez Glozu, pilier du restaurant de l'Hôtel de Ville, j'entends son traditionnel commentaire qui veut tout dire: "Ouh, là-là!". Pendant ce temps, les nouveaux gendarmes prêtent serment à la République devant le gratin, des familles - souvent enthousiastes - dans une ambiance sympathique sur la Treille.

Je reçois le téléphone d'un chômeur qui veut travailler à un salaire décent à Genève. Impossible, à moins d'être frontalier. Il faudra un jour mettre fin à cette hypocrisie. A part le MCG, qui d'autre est assez déterminé? Je ne vois pas.

Un militant se propose de nous distribuer 20 journaux "Le Citoyen". Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

(A suivre)

François Baertschi, secrétaire général du MCG et candidat au Grand Conseil

22:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

03/09/2013

Carnet de campagne 1: la vie réelle des Genevois

La campagne électorale du Grand Conseil et du Conseil d'Etat commence.Voici quelques notes sur le combat qui va nous amener au 6 octobre, jour de l'élection.

Dimanche à 11 heures, les candidats du MCG se retrouvent au Jardin anglais pour la traditionnelle photo de groupe, dans la bonne humeur. Des tee-shirts rouges et d'autres jaunes sont sortis d'un carton, pour respecter les couleurs MCG.

Lundi à 19h30, les mêmes candidats se réunissent pour une séance d'information. Nous sommes gonflés à bloc et prêts pour la campagne. Déjà, les grands mâts du pont Butin présentent nos trois candidats Mauro Poggia, Delphine Perrella-Gabus et Eric Stauffer ainsi que notre slogan de campagne: "Vous en avez marre! nous aussi".

Mardi, discussion avec un militant qui nous apprend que les socialistes obtiennent par pur copinage des places de travail. Lui-même refuse de travailler comme peintre dans le bâtiment pour un salaire limé à la baisse pour les frontaliers, qui rigolent avec un coût de la vie beaucoup plus bas. Tout le blabla des syndicats ouvriers-patronaux et des partis PLR-PS-Verts-PDC est une monstre fumisterie qui sert à cacher notre misère sociale à la genevoise.

Mardi toujours, rencontre animée sur une terrasse où il est question de la fraude fiscale. Bof, je me sens peu inspiré, d'autant plus que ces revenus financent Genève et sa place bancaire, qui à leur tour financent la politique sociale genevoise. On parle de principes et de grandes idées. Revenons sur Terre!

A côté de ces discours stratosphériques, un résident genevois nous explique comment il est au chômage, comment un conseiller administratif de gauche revendiquait de placer ses amis politiques à la Ville de Genève, comment il a été écarté par des frontaliers dans une institution culturelle publique, comment il a été exploité par un musée de la place qui grille son argent pour des manifestations de prestige et des salaires directoriaux somptueux. Et le directeur est un français qui favoriserait ses petits copains parisiens au détriment des artistes genevois.

Il y a du boulot pour le MCG. Mais il y a tellement de travail pour réparer les erreurs de la gauche et de la droite genevoise, qu'il faut vraiment le moral.

Le moral est bon, heureusement.

A deux pas, les dealers sont toujours dans la rue en bas de chez moi, me disant bonjour, en espérant que je leur achète des drogues illicites. Genève ville de non-droit.

Ceux qui agissent pour vider les caisses de l'Etat et pour que perdurent le favoritisme envers les frontaliers, le laxisme envers les délinquants. Ceux qui vagissent doivent se dire: tout va bien. Arrêtez de vagir, travaillez vraiment pour le bien des Genevois!

Ouvrez les yeux, nom d'un chien! Genève, à cause du Gouvernement actuel, c'est la cata!

(A suivre)

23:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2013

La gauche n'est pas dépaysée chez Knie

Certaines vérités sont sorties lors de la première du Cirque Knie, où la gauche genevoise était dans son élément naturel.

Tout d'abord, l'excellent Glôzu, restaurateur de l'Hôtel-de-Ville, a été placé à côté de Sandrine Salerno, la conseillère administrative de la Ville de Genève qui veut l'expulser de chez lui, pour placer des petits copains.

Voici, le dialogue qui aurait été tenu, selon Glôzu:

- Quelle honneur d'être avec vous, Monsieur Glôzu, s''exclame-t-elle.

- Tout à fait, Mme Salerno, répond-il. Mais dites-moi, êtes-vous passée au zoo!

- Non pas encore, répond-elle, mais je vais y aller avec mes enfants.

- Mais est-ce que vous avez un billet pour sortir?

Cela ne vous rappelle pas le flyer MCG avec les singes du Conseil d'Etat genevois?

Autre vacherie lancée par le conseiller administratif de gauche Rémy Pagani à Manuel Tornare ancien Maire de son camp:

- J'ai pensé à toi en voyant la contorsionniste, c'est tout à fait toi en politique!

18:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

28/07/2013

Les journaux affirment qu'ils sont illisibles!

C'est l'histoire de l'arroseur arrosé. Les quotidiens genevois ont publié de gros titres, en claironnant que les bulletins de vote sont illisibles parce que les lettres du précieux papier seraient trop petites.

A l'examen, les noms des candidats sont plus grands et plus lisibles que les lettres des articles de ces mêmes journaux. Comme les électeurs n'ont pas encore reçu les bulletins de vote pour l'élection au Grand Conseil du 6 octobre, ils ne peuvent pas s'en rendre compte.

Pour faire le buzz, il suffit qu'une information fausse soit distillée par certains groupuscules qui ont tellement peu de combats politiques à défendre qu'ils se perdent dans une polémique typographique. On s'étonne que certains s'engouffrent dans ce mauvais combat, qui les obligerait à se révolter contre les journaux ayant de trop petites lettres dans leurs articles.

D'accord, l'été est calme et même une mauvaise polémique fait passer le temps, chacun en conviendra. Mais la mauvaise foi a des limites.

On relèvera que les bulletins de vote de cet automne sont d'une remarquable lisibilité, étant donné le nombre de postes à repourvoir: 100 élus. Et, objectivement, la Tribune de Genève, le Matin, le Temps, le Courrier, GHI, Tout l'immobilier, la Feuille d'avis officiels sont également très lisibles, sinon ils perdraient des lecteurs ce qui n'est pas le but d'un journal, quand bien même ils utilisent des caractères plus petits.

Contrairement aux affirmations des quotidiens, que je vais devoir contredire et rassurer: vous êtes tout à fait lisibles et nous continuerons à vous lire, contrairement à ce que vous prétendez dans vos colonnes...

Ne soyez donc pas masos!

Ajoutons que les mandataires de tous les partis politiques n'ont eu aucune peine à lire les bulletins puisqu'ils en ont signé les bons à tirer et parce qu'ils n'ont même pas daigné faire opposition dans le délai légal.

On trouvera toujours un lecteur ou un électeur, qui ayant une vue déficiente n'arrivera pas à lire les gros titres du Matin ou de la Tribune. On se réjouit déjà d'assister à cette sinistre comédie qui nous est promise pour la rentrée.

Vraiment, le débat politique est descendu bien bas.

Au même moment, les problèmes des citoyennes et des citoyens sont mis de côté, qu'il s'agisse de l'emploi, de la sécurité ou de la mobilité.

29/05/2013

Le Conseil d'Etat et l'art de tromper par les chiffres

Journaliste pendant 25 ans et observateur de la vie politique jusqu'en 2009, j'ai pu identifier comment les divers Gouvernements manipulaient les chiffres et les statistiques. Actuellement, secrétaire général du MCG, je me retrouve directement dans l'action mais il me reste le souvenir de certaines manipulations de l'opinion publique par le Conseil d'Etat, manipulations qui sont toujours d'actualité, hélas.

Lire la suite

08/05/2013

Le MCG seul contre la barbarie

Une femme de 48 ans, des personnes de 80-90 ans se font agresser cruellement par un groupe de Roms. Attirés par la complaisance de la gauche et la mollesse des autres partis ou de la justice, ils ne se sont pas gênés. Seul le MCG s'est battu contre eux.

Lire la suite

04/02/2013

Esclave du numérique, non! Citoyen libre, oui!

Notre société connaît un changement fondamental. Il est essentiel de rendre au Citoyen le pouvoir sur ses données numériques, pour ne pas en être l'esclave. Pour garder notre sécurité, pour garder notre liberté, valeurs fondamentales.

Lire la suite

30/01/2013

Société venue de France et informations fiscales: l'enquête bout de bois du Conseil d’Etat

Après le remarquable article du Matin Dimanche, le Conseil d’Etat genevois tente maladroitement de se justifier en publiant un communiqué de presse, qui ne convaincra que les naïfs.

Lire la suite

28/01/2013

Comment on a massacré la place du Marché de Carouge par le mensonge

Au début des années 2000, les vigoureux platanes historiques  de la place du Marché ont été massacrés. En 2013, il nous reste une rangée de bouts de bois chétifs, dont certains commencent à crever. Le combat inégal de citoyens carougeois avait été mené mais que faire contre le mensonge?

Lire la suite

22/12/2012

Maudet ou la dictature du silence

On a vendu aux électeurs genevois un Pierre Maudet modéré et consensuel. Nous nous retrouvons avec un Conseiller d'Etat incapable de gérer ses services, qui est obligé de faire taire ses directeurs et chefs de service. Quelle déception pour les électeurs! Quel danger pour la démocratie genevoise, qui est menacée par des procédés inacceptables.

Lire la suite

18/11/2012

Le pseudo-scandale anti-MCG du Matin se dégonfle

A grand renfort de déclarations moralisatrices, le Matin a voulu clouer au pilori le député MCG Olivier Sauty, en l'accusant faussement de faire du commerce du sexe (sic). Le député a trouvé l'explication, qui prend sa source dans les pièges de Facebook, et le pseudo-scandale se dégonfle lamentablement. Jusqu'à maintenant, le Matin n'est pas près de reconnaître son erreur.

Lire la suite

16/11/2012

Le bal des faux-culs

Un journaliste du Matin fait la morale ce matin à un député MCG libertin. Trois pages plus loin, deux grandes pages de publicité nous présentent des prostituées de manière salace. Bravo: les filles de joie financent un "faux-cul"!

Lire la suite

07/11/2012

L'arnaque des Vélib' à la Genevoise

Après avoir bloqué la circulation et les déplacements à Genève, les écolos de notre canton ont trouvé une autre idée coûteuse, inefficace et – en définitive – mauvaise : le Vélib’ à la sauce genevoise.

Lire la suite

17:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

01/11/2012

Carouge: enfin du concret pour la sécurité !

Le MCG avec le PDC et le PLR va déposer au Conseil municipal de Carouge une résolution pour le projet Police-Population. Ce dispositif qui a fait ses preuves dans le canton de Vaud depuis des années pourra aider les habitants à participer intelligemment à la sécurité de la commune.

Lire la suite

25/10/2012

L'honneur perdu de la Cour des comptes

Qu'un juge, M. Geiger, reconnaisse avoir commis une violence physique contre un autre magistrat, en lançant un seau d'eau. Que le président de la Cour des comptes ne condamne pas publiquement cet acte violent. Que le troisième et dernier juge de la Cour évoque de dangereux dysfonctionnements. C'est ainsi que la Cour des comptes a définitivement perdu toute crédibilité.

Lire la suite