04/06/2017

Merkel et Macron: deux risques écologiques pour Genève

En annonçant qu'il allait retirer les Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat, le président Trump a rencontré une désapprobation générale de nombreux pays, en particulier de M. Macron et de Mme Merkel, qui sont plus intéressés par de vagues plans sur la planète que par l'écologie de leur pays. C'est plus facile!

Question écologie, le président français et la chancelière allemande devraient d'abord balayer devant leur porte et, plutôt que passer leur temps à des déclarations grandiloquentes, agir pour améliorer notre cadre de vie. Ici et maintenant.

Prenons la France qui conserve la centrale nucléaire du Bugey, tout près de Genève, faisant ainsi peser des risques considérable sur notre République et canton. Au moment où la centrale de Mühleberg, près de Berne, va bientôt être arrêtée et les autres centrales devraient suivre le même chemin (pas assez vite malheureusement), le risque vient maintenant de la région française. Le nouveau ministre, M. Hulot, dont la fondation est soutenue par EDF, ne semble pas aller dans cette direction et s'apparente plutôt à un coup médiatique. La menace du réacteur du Bugey reste toujours là et démontre une fois de plus que la politique régionale est un leurre puisque tout se décide à Paris. Soyons juste avec M. Macron, puisque les 10 autres candidats à la présidentielle française - dans la tradition jacobine centralisatrice et pro-nucléaire - auraient mené plus ou moins la même politique, à quelques nuances près.

Quant à l'Allemagne de Mme Merkel, elle mène dans un registre différent une politique hypocrite en matière énergétique. Si la République fédérale d'Allemagne développe les énergies renouvelables et a décidé de mettre fin à l'aventure nucléaire, elle produit de l'électricité à base de charbon à un prix cassé. Cette énergie très polluante, exportée vers la Suisse, donne lieu à une concurrence massive, à des tarifs imbattables, sur le marché suisse, en étant bien moins cher que l'électricité des barrages. Bien évidemment, Genève est impacté par la politique germanique qui confine à la plus grande absurdité.

En 2017, au niveau écologique, ce ne sont pas les déclarations de M. Trump qui menacent Genève, mais plutôt les politiques irresponsables menées par Mme Merkel et par M. Macron.

Aujourd'hui, chacun semble bloqué par son dogmatisme, par l'adoration ou la détestation de personnalités telles que MM. Trump ou Macron, ou Mme Merkel.

Genève doit défendre ses intérêts environnementaux face aux politiques divergentes des nations qui nous entourent et menacent directement notre République et canton.

Dans le même temps, tous les partis genevois - sauf le MCG - continuent à ne pas vouloir défendre les intérêts concrets de Genève et à se perdre dans une politique régionale irresponsable.

Il faut mettre fin à cette dérive et ouvrir les yeux!

Genève d'abord: c'est aussi une nécessité en matière écologique.

Commentaires

Merci, enfin quelqu'un qui réfléchi plus loin que le bout de son nez. Ca fait du bien encore Merci

Écrit par : Boccard | 04/06/2017

Vous etes mal renseigné ou alors vous "biaisez" a dessein. Primo, les centrales nucléaires n`ont rien a voir avec le réchauffement climatique ni meme avec la pollution environnementale. Les risques y liés sont d`un autre ordre. Secundo, l`Allemagne a fermé 34 centrales à charbon dans la période 2011-2015 et il est prévu d`en fermer onze autres d`ici 2019 (source: http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/22/en-allemagne-le-charbon-n-a-pas-remplace-le-nucleaire_5066912_4355770.html). J`espere que vous aurez la droiture de publier ce commentaire.

Écrit par : Jean Jarogh | 04/06/2017

bon billet

Écrit par : christian | 04/06/2017

M. Jarogh, concernant la centrale nucléaire du Bugey, la menace est directe pour Genève avec un risque de contamination massive en cas d'accident. Il faut être aveugle pour ne pas le distinguer et séparer ainsi les risques.
Concernant l'Allemagne, la pression actuellement sur les tarifs de l'électricité, due essentiellement aux centrales à charbon, est tout à fait destructrice pour l'énergie hydraulique. Alors, les promesses... Pour l'heure, le problème est concret en Suisse pour toute personne un petit peu informée.

Écrit par : Francois Baertschi | 05/06/2017

M. Jarogh, l'article du Monde que vous citez indique également:

"En 2017, il reste tout de même une centaine de centrales à charbon à travers le pays, la plus ancienne fonctionnant depuis 1923, dont les dates de fermeture ne sont pas encore connues."

Au moment où l'Allemagne développait son énergie renouvelable, elle aurait dû réduire massivement ses centrales à charbon. Ce qu'elle n'a pas fait. Une fois de plus, on se rend compte que ce pays impérialiste n'a aucun égard pour ses voisins et se moque de faire des dégâts à l'hydraulique suisse, par sa politique de prix ultra-concurrentielle. Plus hypocrite que Trump, mais plus néfaste pour la Suisse.

Écrit par : Francois Baertschi | 05/06/2017

J`apprécie que vous ayez répondu, M. Baertschi. Il me semble que peu de pays font autant que l`Allemagne pour la transition aux énergies alternatives. Transition est le mot clé car il est impossible, pour un pays industrialisé, de passer d`un seul coup aux énergies propres. Une transition, comme vous le savez, est un processus dynamique menant a un but déterminé et non le but en soi. Par ailleurs, personne ne nie les dangers du nucléaire mais la France s`est tellement engagée dans cette voie qu`il lui faudra des décennies pour effectuer sa transition, qu`elle a d`ailleurs commencé avec le solaire et l`hydraulique. Pour ne pas etre stérile, la critique doit prendre en compte la complexité des choses.

Écrit par : jean jarogh | 05/06/2017

Il faut reconnaître qu'en matière d'écologie, on est au royaume des hypocrites. Ni les Français (qui ont oeuvré pendant des décennies pour faciliter les transports par camions, ont supprimé presque toutes les petites lignes de train, ont tout fait pour la bagnole (zones commerciales et suppression des petits commerces centrés), qui veulent accueillir les très énergivores jeux olympiques, etc.), ni les Allemands (avec leurs grosses voitures aux émissions polluantes maquillées, leurs autoroutes où l'on peut rouler à fond, etc.) n'ont de leçons à donner à personne. Je ne soutiens pas Trump mais il faut lui laisser un mérite: ce n'est pas un hypocrite !

Écrit par : Catherine | 05/06/2017

J'ai sillonné la France, du Nord au Sud, d'Est en Ouest, pour des études limnologiques, je n'ai pas vu beaucoup de centrales hydrauliques. Par contre, des centrales nucléaires, il y en a partout, au coeur-même des sites les plus touristiques. Pourtant, la France ne manque pas de grands fleuves ni de reliefs.
Autre constat de pollutions non déclarées: les eaux souterraines sont de vrais égouts, elles sont la collecte de déjections domestiques et industrielles. Mais la France n'a pas d'argent pour cela. Elle oblige le citoyen et les petites communes à se mettre aux récentes normes et à leurs frais. Il n'existe pas de planification ni cartographie centralisées. Encore moins de budget national. Mais encore moins de volonté de coordonner un calendrier et les travaux de grands ouvrages infra-structurels.Tout part dans les dorures du Roi Macron à Versaille ou à l'Elysée. Enfant d'Amien, il doit le savoir parfaitement. Le Grand Est, riche en cours d'eau, n'est pas mieux protégé ni mieux exploité pour produire sa propre consommation d'énergie. Le Grand Est est un grand sinistré de l'activité humaine et de la désindustrialisation, depuis plus de vingt ans.

La fin d'une campagne de séduction qui a plu et qui a porté son candidat au sommet de l'état. Ainsi, le début de l'exercice présidentiel fait peur au Roi Macron. Après avoir subjugué les Français de promesses audacieuses il lui faut continuer de séduire Dame Merkel qui n'a qu'une vision: les intérêts de son pays. Ainsi la vision de Dame Merkel se réalise chaque année avec une volonté de fer quitte à écraser toute l'Union Européenne. Pour cette Thatcher germanique, l'UE est un instrument à asservir et tous les états membres doivent se discipliner à son ordre de marche. A l'ordre de son intouchable marché. L'ordre de son capitalisme. L'ordre d'une Allemagne néo-libérale (prise sous leur aile depuis les années 90, les Yankees l'ont bien moulée. Toute la jeunesse néo-fasciste était à récupérer à leur bonne école).
De l'avis des auto-proclamés démocrates, pourquoi Dame Merkel tient elle à annexer économiquement les pays de l'Est?
Depuis les années 90, la marche de l'OTAN vers l'Est jusque dans les fiefs baltes ne pouvait déplaire aux héritiers de droite et de gauche du 3è Reich. Les territoires de l'empire en marche doit servir à reléguer la poubelle industrielle de l'Allemagne et ils demeures des colonies à exploiter sans avoir à recourir à des expéditions lointaines et dispendieuses: elles sont voisines et ces voisins rêvaient, tous, de vive riches comme les Allemands. Un peu comme les Suisses ou les Français, de vivre dans l'orgie d'abondance des Américains... jusqu'à mimer les tiques et les mœurs délétères dans l'alimentation comme dans la culture du mauvais goût et de l'abrutissement.

Mais revenons aux pollutions globales: On était tellement content de reléguer les industries et manufactures salissantes aux pays pauvres et émergentes, notamment à la Chine, véritable atelier du monde, véritable bétail à enrichir les multinationales occidentales qu'il sied bien de se laver, aujourd'hui, la conscience. Une fois le marché saturé, on incrimine la Chine pour ses pollutions, oubliant gaiement avoir été soi-même des pollueurs pendant plus d'un siècle.

Mais la France et ses colonies. La France avec sa source de pollution au diesel. La France et son capitaine guerrier Areva. La France sans catalyseur à ses voitures, elle vient sur le devant de la scène mondiale pour donner des leçons...Elle tente de se racheter de son insignifiance diplomatique avec Paris 21 et son écologie de pacotille, qu'on ne s'égare pas, qui ne sont ni plus ni moins qu'une opération de communication pour l'occasion. La France ne brille plus par sa culture et ses philosophies, elle finit par ne laisser que l'odeur de poudre à canon partout où elle a mis et met les pieds, il faut bien dire ou faire quelque chose pour détourner les regards de sa vilaine deuxième peau. Macron l'a fait. La voiture électrique populaire de M. Hulot fait choc et surprise. Macron est content. Il pense que cela fait effet et effroi autour de lui. Mais la voiture électrique est un argument qui doit durer, l'engin, lui, attendra encore un peu. Les batteries (accumulateurs d'électricité) sont une source de pollution loin d'être négligeable et l'installation d'un réseau national de recharge de batteries nécessite des moyens en matériel et en hommes colossaux. Comment faire avec moins de travailleurs et moins d'argent?
Bizarrement, le roi Macron comme Paris 21 restent muets sur de criminelles sources de pollutions telles que l'industrie agro-chimique et chimio-pharmaceutique qui tue et détruit plus qu'elle ne soigne ou préserve.

Ci-contre, une petite analyse de ce que la France sera demain. On se réjouit que ses voitures cessent de polluer la Suisse, car depuis l'avènement européen de la libre circulation, on a dû accorder aux Français la liberté de nous polluer avec leurs voitures sans catalyseur dont l'écrasante majorité route au diesel.

Entre déclaration et réalité, il y a encore un océan d'effort que les Français risquent d'abandonner avant de l'amorcer. La France en cours de vassalisation à Bruxelles, aura-t-elle encore ce luxe?

Succès et insuccès du Roi Macron. Le Monarque Enarque porteur de valises?
http://russeurope.hypotheses.org/6131

J'ai aussi lu avec intérêt un article sur scriptavolant
http://humoresques.blog.tdg.ch/archive/2017/07/06/un-jupiter-gnostique-pour-gouverner-la-france-iii-285006.html

Voilà ici une autre source de pollution qui fait de l'événementiel par le feu d'artifice des forêts:
The Market First! The fate of the world?
https://www.marianne.net/monde/incendies-meurtriers-au-portugal-le-business-de-l-eucalyptus-et-l-austerite-europeenne-accuses?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1498146238

Écrit par : Beatrix | 10/07/2017

J'apprends que Nicolas Hulot, ministre du Climat et de la Propreté est flanqué de deux secrétaires d'état. Pas des anonymes en provenance du vrac de la campagne législative.
La voiture électrique, la liberté de parole comme des rêves de M. Hulot, c'est pour l'encadrer. D'ailleurs, Nicolas Hulot n'a-t-il démarré sa carrière dans l'écologie, rien qu'en hélicoptère avec des subventions des grandes compagnies pétrolières? Ses émission TV pour les jeunes. Qui s'en souvient?

https://reporterre.net/Hulot-encadre-par-une-cadre-de-Veolia-et-un-politicien-neo-liberal

Écrit par : Beatrix | 14/07/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.