02/08/2016

S.O.S 1er Août en péril

Enfin, la Fête du 1er Août est revenue aux Bastions, son espace naturel en Ville de Genève, après quelques errances sur la plaine de Plainpalais et au Jardin Anglais.

C'est sans doute une bonne nouvelle mais qui ne doit pas cacher des dérives plus graves de l'édition 2016. Durant la soirée, moment central de cette célébration, l'hymne national a été tout bonnement écarté de la fête. Quant au Pacte de 1291, il n'en a pas été question et le discours du Maire a été prononcé l'après-midi, pour que personne ne l'écoute.

Dans le même temps, quelques musiques électroniques (avec des paroles en anglais, institué nouvelle langue nationale?) ont été distillées à haute dose, pour nous enfermer dans une culture globalisée. Ce 1er Août, nous nous sommes retrouvés aux antipodes de l'esprit d'une fête nationale suisse.

Quand on connaît la richesse du patrimoine culturel et artistique de notre pays, on reste songeur. Qu'est-ce que cela signifie? La destruction de notre identité.

Pourtant, la foule est venue nombreuse, ce qui est bon signe et démontre un intérêt profond pour ces fêtes populaires ouvertes à tous.

Il est certain que le Pacte de 1291 pouvait déranger le Maire de Genève PDC Guillaume Barazzone, mondialiste et européiste. Il fallait donc le censurer. Comme il fallait écarter l'hymne national suisse, qui évoque nos valeurs séculaires, sur l'autel du modernisme à tout crin.

Il y a quelques jours dans une fête du Comté de Nice en compagnie de nos amis nissarts, je chantais en choeur l'hymne de Nice "Bella Nissa". J'aurais voulu pouvoir, ce 1er Août aux Bastions, entonner avec autant d'enthousiasme notre hymne national et, pourquoi pas ? notre "Cé qu'è lainô", plutôt que de participer à une parodie de disco en plein air.

Nous avons une ville et un pays fabuleux. Pourquoi ne savons-nous pas en être fiers et l'honorer comme il se doit. J'appelle de mes voeux un renouveau du 1er Août en Ville de Genève.

Vive Genève! Vive la Suisse!

Commentaires

Avec une telle perspicacité, cette objectivité à toute épreuve et surtout votre ouverture d'esprit hors du commun, nul doute que vous serez bientôt élu maire de Genève (dans un premier temps, votre destin étant bien entendu de devenir conseiller fédéral) et vous pourrez alors organiser une fête du 1er août conforme à vos aspirations...

On se réjouit déjà !

Écrit par : Vincent | 02/08/2016

Je propose à l'ouverture de la reprise des travaux du Parlement que le MCG entonne la première strophe de l'HYMNE NATIONAL EN CHŒUR !

Écrit par : Rappaz | 02/08/2016

Comme quoi, il suffit de vous flatter pour que, tout à coup et contrairement à vos habitudes, vous publiiez mes commentaires, aussi sarcastiques soient-ils….

En tout cas, vous me faites bien rire….

Écrit par : Vincent | 02/08/2016

Selon la Tribune de Genève du jour, "Quant à l’hymne national, il se chante dans une ligue inférieure. On doit tendre l’oreille: un murmure sur la pelouse sans soutien officiel. C’est mou et notre maire ne pipe strophe.". Donc il a quand même été joué...

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/1er-aout-attire-foule-bastions-chante-unisson-hymne/story/27834885

Écrit par : Catherine Armand | 02/08/2016

je propose qu'au prochain 1er août, TOUS ELUS soient présents et chantent la première strophe de l'HYMNE NATIONAL, EN CHŒUR!
qu'ils donnent ce bel exemple à leurs réfugiés-migrants économiques!

quoi non? pas payés pour ça?

Écrit par : divergente | 02/08/2016

Je tiens à remercier le comité du 1er août je suis allé au parc des Bastions hier soir et j'ai trouvé le style très sympathique j'ai beaucoup aimé le spectacle sur le mur des Bastions et le DJ j'ai 51 ans et j'ai trouvé que cette nouvelle fait rassembler beaucoup les jeuned plus âgés les Suisse comme les étrangers les prix étaient très abordables et l'ambiance au parc très cool merci pour ce super moment que j'ai passé à l'année prochaine

Écrit par : longchamp alain | 02/08/2016

S.O.S.: on a du se contenter de la vacuité d'un vague ennui sidéral, d'un spectacle dénué de tout accent de fête confédérale

- on a peut-être assisté à 2-3 prouts mais sans pression, et sans rien de ces liens fédérateurs inter-cantons, sans aucune de ces joyeusetés culturelles cantonales où pourtant l'humour a de quoi s'épanouir

- et on a payé combien pour cet ensemble de rien, dénué des fondements de notre culture: qui en furent soigneusement gommés dans ce rien


de cette triste fête genevoise de 1er aout 2016, sachons aller aux faits de nos déboires:
car tout ça fut organisé par 1 sté française, mais sur l'aval de quels élus, et pour plaire ou ne pas déplaire à qui, au final?

Écrit par : divergente | 02/08/2016

Ok ! ?
Bienvenu au club, enfin vous publiez tout (?) les commentaires de vos contradicteurs.... Bravo !

Écrit par : Vincent | 02/08/2016

Je propose qu'au prochain Ier août on observe une minute de silence en pensant chacun exactement à quoi on pense exactement.

Une minute de vérité.

Soit concernant sa vie privée, professionnelle.
Rogne la plus aiguë, bref!

Si je me trouvais en ce moment en cet instant 2017 je repenserai à ce rêve qui vient de m'arriver cette nuit.

Un médecin se fâcha fort contre moi puis mourut.

Cette nuit sans arriver à m'endormir, tard, je tentai de retrouver trace de ce médecin sur Internet sans grand succès puis retournai me coucher.

Juste en me réveillant sans savoir comment ce médecin est présent et, mentalement, m'explique que ce qui l'avait fâché était que je ne prenne plus un fortifiant prescrit.

Parce que j'avais éprouvé l'ennui qu'il peut se produire en sciant une petite ampoule en verre chaque matin: "scier c'est ch(...)!"

parce que, vient-il de me dire (sa voix mentale comme jadis), scier est exactement l'image qu'il faut pour dire (pensons aux religions plurielles dans nos cités) comment lire les versets bibliques ou évangéliques que nous étudions: ce n'est qu'en "sciant" les versets comme la petite ampoule en verre de votre médicament fortifiant qu'il surgit ou jaillit hors de l'"ampoule" (les versets étudiés) ce qui ne peut que faire du bien parce que l'Ecriture ainsi "sciée" est sérum d'amour et de vérité.

En cette ville des Réformateurs puisse atterrir, sans nul cou tranché, ce petit message.

Aux êtres venus d'ailleurs, depuis au moins une vingtaine d'années, bien plus qu'une vingtaine d'années... le soir du Ier août quelle image apportions-nous en fait de ferveur?

Aux enfants et jeunes étrangers, en étant parfaitement en accord avec François Baertschi je forme le vœu que l'on donne à entendre "et chanter" nos chants populaires avec, au moment d'examen pour permis C comme permis, l'un de ces chants, à choix, à chanter (pas de Suisse qui ne chante!
Dalcroze, par exemple, ses chants sont heureux, fervents, dynamiques, écologique (Mon lac est pur... ainsi que les chants qui ont égayés notre enfance (pianos dans les classes pas guitares uniquement, ainsi qu'autres instruments étudiés par les enfants...! mieux qu'un couteau en réserve....!
Ne dit-on pas que la musique adoucit les mœurs, laquelle, lesquelles?

Se faire nationaliser pour dès réception du papier se plaindre du montant de la facture sans un mot pour la Suisse ou remerciement aux personnes auxquelles on doit ce qu'obtenu...?!
Ferveur et gratitude non étrangères aux vertus évangéliques

ainsi que bonne humeur avec bonnes disposition

C'est prêchi prêcha?

eh bien... c'est ainsi.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/08/2016

Les commentaires sont fermés.