15/01/2016

Les chiffres faux de François Longchamp !

Pour le président du Conseil d’Etat François Longchamp, tous les moyens semblent bons afin de s’attaquer à l’initiative MCG qui demande la fin du « cadeau royal fait à la France » (TDG 13.1.2016). Il multiplie les contre-vérités et les erreurs afin d’abuser les Genevois ; par ailleurs, il laisse entendre que l’accord de 1983 s’appliquerait en cas d’abrogation de l’accord de 1973 visé par le MCG. En fait, il s’agit d’un mensonge éhonté, qui vise à duper les Genevois. C’est l’accord de 1966, qui s’applique. Contrairement à ces allégations trompeuses, il n’y aurait pas une dépense supplémentaire de 250 à 300 millions mais une économie de ce même niveau. Quant à ces prétendus classeurs transmis au Grand Conseil, qui indiqueraient la liste des destinataires, on ne les trouve pas à la Commission des finances. Se sont-ils évaporés ? Il semble que la manne soit distribuée loin de Genève et selon la fantaisie de certains. Cela ne peut plus durer.

François Baertschi, Député membre de la Commission des finances

 

(lettre de lecteur parue le 15 janvier 2016 dans la Tribune de Genève)

Commentaires

Dsl Monsieur, mais par manque, Vous faites tous la même erreur dans ce canton de GE: et faites une impasse CRASSE de nos droits citoyens, sur les fondamentaux de la souveraineté suisse, séparative dans les droits, en zone Shengen, de ceux de la France en zone EU


combien de temps encore ces Longchamp & potes vont continuer à imposer, IGNORER ET MEPRISER, selon ce qui va bien :

- le citoyen suisse qui est citoyen suisse, bien qu' obligé de se loger en zone frontalières - dont le statut bénéficie par ailleurs 1 max aux communes fr concernées

- rien n'est prévu sur le chômage de suisses n'ayant jamais travaillé en France mais obligés de se trouver un logement en zones frontalières (du jour au lendemain), réduits aux cotisations chomage selon taux fr

- accès au marché du travail: rien n'existe pour préserver les droits des citoyens suisses en zones frontalières,

quand Longchamp fait croire que tout existe pour soutenir les droits de n'importe quel citoyen européen soit tous new comers établi en zones frontalières confondus - même si via boîtes postales d'agences d'interim frauduleuses

il est inacceptable que
- le statut du citoyen suisse même frontalier soit assimilé au statut de tout citoyen issus de l'UE dont des balkans, de Bulgarie etc

- que l'identité et les droits du citoyen suisse n'ayant jamais travaillé en UE mais résident en zone frontalière UE, soient annihilés en Suisse: telles que cotisations chomage prélevées en Suisses, mais versements en France au taux de salaires français

Écrit par : suisse &B genevois déshérité | 15/01/2016

de plus, il est inacceptable pour la ville-etat de GE, que ses citoyens suisses soient si minoritaires (sur +80% d'étrangers), d'une et d'autre, ne trouvent aucun soutien - ni intra-murros pas plus que dans les 74/01 frontaliers

Aucune institution suisse ne soutient les suisses frontaliers (oubliez les fondations de droit privé type OSE)

Par contre, le GTE, financé par l'UE et la Suisse, soutient tous new-comer venu même clandé, de tous coins de l'UE

et pire:
- pour le client GTE, mieux vaut ne pas être CH non binational

Écrit par : suisse & genevoi déshérité | 15/01/2016

J'ai surtout en mémoire un article de la TdG du 22 janvier 2015 titrant : "Fonds frontaliers: au Pays de Gex la colère monte. Les élus estiment que l'Ain galvaude la compensation financière genevoise".
Le député-maire UMP de Divonne s'inquiétait alors: " ce n'est pas au Pays de Gex de payer pour la gestion calamiteuse du Département."
La situation s'est probablement complètement inversée à entendre le son de cloche du CE et tout est enfin rentré dans l'ordre!

Écrit par : Girardet | 15/01/2016

des années que l'on sait que Longchamp a sans ambages fructifié le placement de ses pions sur ce soit-disant grand Genève, favorisé ses relations transfrontalières et surtout trans souveraineté suisse, de potes de business Véolia, RATP & autres smala Jean Nouvel

à en arriver à une destruction de tissus industriel CH telle que la question est posée: que reste-t-il de la reconnaissance du statut de citoyen suisse par l'Etat et ville de GE à citoyens suisses non binationaux

- non reconnaissance du droit du citoyen et de souveraineté aux suisses de Genève, que semble-t-il, tous partis genevois ont préféré occulter à ce jour


citoyens suisses non binationaux devant devenir frontaliers par obligation faute d'accès à logement suite aux afflux des demandes de citoyens Fr & UE en Suisse, en application des bilatérales et appliqué par les employés de régies genevoises depuis avant 2000-2004-2008

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15/01/2016

Certes les batailles engagées sur base de chiffres faux ne sont pas plus rares qu'inefficaces,
mais permettez que je squatte votre note au sujet de faussetés:


Comment se fait-il que ce jour la TdG laisse titrer une note de Kannan sous "maire de Genève"

et comme ce goître anti-démocrate qu'est Kannan censure à tout-va, je me permets de vous proposez ici le cc de ma critique qui van dans le sens de votre note:

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 15/01/2016

Genève finance les boulistes de Culoz et l'office du tourisme de Bourg-en-Bresse. On nous mène en bateau...

Écrit par : François Baertschi | 15/01/2016

Les commentaires sont fermés.