15/03/2015

Les "républicains" complices de la torture à Alger: des années vraiment sombres!

Au moment où certains se revendiquent à Genève du "front républicain" contre le MCG, ils feraient mieux de se plonger dans des livres d'histoire objectifs (de plus en plus rares). Et ils découvriraient que le gouvernement de Front républicain du socialiste Guy Mollet a été le grand artisan de la bataille d'Alger, avec un joli cocktail de tortures, assassinats sur fond de guerre civile. Ils avaient promis la paix et ils ont réalisé la torture ainsi que les disparitions à grande échelle: la méthode mensongère est toujours valable en 2015!

Ces partisans du Front républicain ont eu le culot, la semaine dernière au Conseil municipal d'Onex, d'évoquer les pages sombres de l'Histoire, qu'ils ne connaissent pas, puisqu'ils prétendent avec une infinie sottise que le MCG serait une réminiscence de la dernière guerre mondiale. En oubliant tout simplement que leur propre référence ramène au pire de l'Histoire politique, ces années où un gouvernement de Front Républicain - prétendument de centre-gauche - avec une grande quantité de socialistes, radicaux et autres, cautionnait ces actions pour sortir d'une crise politique.

Le MCG est né en 2005. Il n'a pas ce long passé et reste dans le "ici et maintenant" pour défendre les citoyens de notre République et canton.

Justement, quel est l'objet d'une critique aussi vive de la part des bien-pensants ignorants d'Onex? Des affiches sur lesquelles il est écrit "Onex, commune zéro frontalier". Parce qu'en quatre ans, sous l'égide du conseiller administratif MCG Eric Stauffer, aucun frontalier n'a été engagé par l'administration municipale d'Onex. C'est tout à fait légitime, objectif et devrait récolter l'approbation générale. Comme cela se fait sans contestation et très logiquement en France.

En effet, les frontaliers permis G n'ont pas vocation à être engagés dans des administrations municipales, toute personne un peu sensée en conviendra.

Le délire des partis traditionnels genevois et de leurs serviles suiveurs est peu compréhensible. Il l'est d'autant moins quand on connaît les taches qui marquent l'histoire de ces partis. Et la Suisse n'a pas été épargnée puisqu'une sombre histoire a mis en cause un procureur de la Confédération disparu dans d'étranges conditions dans les années 1950. Nous attendons toujours des excuses publiques de leur part, à moins qu'ils ne cautionnent les actions de leurs prédécesseurs.

Commentaires

Zéro frontalier ... je veut bien, mais pourquoi personne ne se pose la question de savoir pourquoi faut-il embaucher des frontaliers français.
Sommes-nous, en Suisse, incapables de faire face au cahier des charges d'un poste ?
Sommes-nous, en Suisse, incapables de travailler ?
Quel est donc l'argument en faveur de l'embauche des frontaliers ?
Le salaire moindre ?
Je ne peut pas le croire.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 16/03/2015

Les commentaires sont fermés.