11/10/2014

Journée noire pour la démocratie

Vendredi 10 octobre a été une journée noire pour la démocratie.

J'ai eu l'impression que l'on avait volé mon vote, comme si un voisin s'était emparé de mon bulletin dans ma boîte aux lettres.

Sur le coup de 22h30, le Président socialiste Droin pose une question aux députés: "Voulez-vous voter l'amendement Pistis?"  Sans indiquer en quoi consiste ce changement de loi, après plusieurs changements. Ni les députés ni les chefs de groupes parlementaires n'onten main cet amendement.

On me demande de voter une question sans la connaître précisément, étant donné qu'il y a plusieurs modifications de ce type.

Légitimement, on pouvait attendre 30 secondes, 1 minutes ou 2 minutes, pour savoir ce qu'était cet amendement que nous allions voter. Le lire aurait, sans doute, pris 1 minutes, 2 au grand maximum, en étant très lent et en prenant son temps.

Le président était formel: on ne lit rien et on ne dit rien aux députés. Ce soir-là, il aurait été bien inspiré de retrouver une once de bon sens afin de mettre fin à cette dérive idiote; pour gagner 2 minutes, le président Droin nous a fait perdre trois quarts d'heures et a créé un profond malaise.

Comment pouvait-on mieux se moquer des députés et les prendre pour des idiots?

Cette arrogance et ce mépris ne peuvent être tolérés; comme il n'est pas acceptable de bâcler ce travail. Si l'horloge et le temps doivent être respectés au Grand Conseil - ce que je comprends tout à fait - , cela ne doit pas se faire au détriment du minimum du minimum.

Je n'accepterai jamais de voter un texte dont je n'ai pas pu prendre connaissance ou que je n'ai pas pu identifier clairement. C'est le moindre des respects que le député doit à ses électeurs, s'il veut défendre l'intérêt général, ce qui figure expressément dans le serment que ledit député est appelé à respecter. Quant à moi, je ne serai pas parjure.

Dans ces conditions, l'expulsion du député Eric Stauffer qui s'est opposé à cet abus ne peut être tolérée. C'est le triomphe de l'arrogance et du mépris de la démocratie, hélas.

Commentaires

La dictature commence ainsi ... prépare toi François à vivre bien pire moments.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 11/10/2014

Les informations diffusées par la presse :

"Eric Stauffer s'est emporté quand le président a refusé de lire un amendement déposé par un député MCG."

Voilà ... refuser la lecture, est-ce normal ?

http://www.bluewin.ch/fr/infos/suisse/2014/10/11/la-police-appelee-pour-expulser-eric-stauffer-du-g.html

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 11/10/2014

c'est pas grave il aurais ete refuse de toute facon

Écrit par : mermillod | 11/10/2014

Monsieur Baertschi ce genre d'épreuve ne doit jamais être prise à la légère je pense à Monsieur Stauffer ,cependant hier ce faire jeter comme un ou une malpropre était dans l'air du temps et pas seulement au niveau politique
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 11/10/2014

Rien ne justifie les vociférations que nous avons entendues au Grand Conseil hier soir. Rien ne justifie que des élus MCG s'opposent physiquement à l'expulsion d'un député prononcée suite à une réunion du Bureau.

Écrit par : Rolin Wavre | 11/10/2014

François pourquoi mentir ? Tu sais très bien que le Président du parlement a parfaitement énoncer l'amendement de Pistis. Tu pourras l'entendre puisque tout est enregistré pour le mémorial.
Il a dit nous allons voter l'amendement de monsieur Pisitis qui reprend l'amendement de la page 11 du rapport. Et 5 minutes avant lors du deuxième debat nous avions parle de cet amendement depose par les verts.
Nous avons voté en connaissance de cause et tu le sais.
Vous avez que ce genre de tactique pour gagner des voix.
Triste et pitoyable.

Écrit par : Bertrand Buchs | 12/10/2014

Enfin, la parole est donnée aux deux protagonistes de l'affaire.
Droin ne convainc personne de son acte illégal.
Leyvraz, lui, comme ancien, me parait juste en dehors du temps ...

Voila donc la vidéo.

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/6215179-ge-eric-stauffer-mcg-a-ete-exclu-de-l-assemblee-du-grand-conseil-par-la-police.html

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12/10/2014

@M. Rolin Wavre, le non-respect de la démocratie (et le vote à l'aveugle d'une loi) justifient que l'on se révolte. Le Président agit comme un dictateur en oubliant qu'il y a une éthique au-dessus. Cela justifie des révoltes, d'ailleurs les radicaux de 1848 ont bien plus gesticulé en ces périodes un peu oubliées...

Écrit par : François Baertschi | 13/10/2014

@Rolin Wavre, le vote d'un texte à l'aveugle et une trahison inadmissible de la démocratie justifie une révolte pacifique. Eric Stauffer, le Gandhi genevois...

@Bertrand Buchs,il est dangereux de traiter les autres de menteurs. Je pourrais également le faire à ton égard, en disant que tu travestis la vérité, que tu dis des contre-vérités. Menteur?
Je sais très bien que je ne savais pas ce que je votais, ce qui m'a rendu furieux et je te défie de me traiter de menteur. Parce que là, tu serais un menteur.
Accepter ce vote dans ces conditions, pour moi, ce serait être un lâche ou ne pas tenir mon serment.
L'amendement Pistis? Page 11. Oû il ne se trouve pas, puisqu'il s'agit d'un amendement vert repris par Pistis. En quelques secondes. Non mais, de qui se moque-t-on?

Écrit par : François Baertschi | 13/10/2014

Les commentaires sont fermés.