16/09/2013

Assassinat d'une thérapeute: les erreurs du Gouvernement

Vendredi dernier, le Gouvernement genevois présentait une conférence de presse pour ne rien dire, à propos de l'assassinat d'une thérapeute par un violeur multirécidiviste.  C'est la preuve que cette affaire a accédé très tôt au niveau politique. Il aurait été plus décent de laisser aux services chargés de l'enquête le soin de communiquer. C'est déjà la première erreur.

Le Gouvernement genevois étant monté en première ligne, l'affaire devient une affaire d'Etat. En choisissant la langue de bois et en ne disant rien ou presque, le Conseil d'Etat a commis une autre erreur.

En cherchant maladroitement à s'excuser et à banaliser, ce gouvernement a osé sortir des statistiques, qui sont la forme suprême du mensonge. Puisqu'on peut utiliser les chiffres comme on veut en la matière, toute personne honnête et informée le sait bien.

On sent très bien que le Conseil d'Etat est pris en otage par certains de ses services d'où viennent les véritables décisions. Il est vrai que notre Gouvernement n'a pas de politique pénale et mène une action à la petite semaine sans se poser de questions.

Quand il n'y a pas de népotisme dans l'air comme la nomination de la grande directrice des affaires pénitentiaires, notoirement incompétente puisqu'elle doit être "coachée",  et bien évidemment, cette personne est très proche, par des liens familiaux, du parti dominant au sein du Gouvernement.

Chacun doit assumer ses responsabilités. Ce que le Gouvernement ne fait pas.

Un Mauro Poggia, en son temps, avait eu le courage d'attaquer les responsables du sang contaminé par le VIH à Genève (ce qui lui avait valu de solides inimitiés). Il nous manque des politiques de courage, alors que beaucoup se pavanent dans les pages people des journaux.

Voilà le résultat, voilà le désastre.

François Baertschi, Secrétaire général du MCG et candidat au Grand Conseil

P.-S: Il existe toujours des malfaisantes et des malfaisants, dont le nom ne mérite pas d'être retenu. Hier, sur le stand MCG à Plainpalais, une ancienne cadre supérieure de l'Hôpital cantonal est venue insulter de manière méchante et gratuite la personne de certains militants. C'est pathétique et cela démontre le malaise qui règne chez certains. Un autre malfaisant habituel sévit sur les blogs en distillant des contre-vérités 300% fausses contre le MCG : les défenseurs du Gouvernement sont vraiment tombés dans la fange. Cela signifie que le MCG vise juste et cela nous encourage à continuer pour le bien de tous.

Les commentaires sont fermés.