25/10/2012

L'honneur perdu de la Cour des comptes

Qu'un juge, M. Geiger, reconnaisse avoir commis une violence physique contre un autre magistrat, en lançant un seau d'eau. Que le président de la Cour des comptes ne condamne pas publiquement cet acte violent. Que le troisième et dernier juge de la Cour évoque de dangereux dysfonctionnements. C'est ainsi que la Cour des comptes a définitivement perdu toute crédibilité.


A défaut de pouvoir être parfait, un juge, qui a un pouvoir considérable, se doit de montrer l'exemple. Le bon exemple. Sinon, tous ses jugements perdent toute crédibilité et c'est son autorité qui est mise à mal définitivement.

C'est ce qui arrive actuellement. Quelle crédibilité accorder à un juge qui, en toute impunité, lance un seau d'eau à un autre magistrat et le reconnaît sans honte ni regret. Il pourrait et devrait s'excuser sincèrement. Comment un professionnel de la justice peut-il dans ces conditions prononcer des jugements et des condamnations?

La Cour des comptes porte un mauvais coup à nos institutions.

Et ce n'est pas fini. L'union PS-PLR-Verts-PDC, après le coup du seau d'eau, nous présente une liste bloquée de six candidats, puisque les partis gouvernementaux se sont entendus pour présenter une liste qui surveillera le Gouvernement. Ainsi le loup va demander à un autre loup de garder la bergerie pour mieux déguster les moutons. C'est la fin de tout contre-pouvoir possible.

Plus inquiétant, nous avons des raisons de nous inquiéter de l'arrivée du juge socialiste Paychère à la Cour des comptes, qui est socialiste avant d'être un juge impartial comme en attestent ses déclarations malheureuses à l'encontre de l'ancien Procureur général Zappelli, qui, lui, savait se placer au-dessus des partis. Rappelons que l'on a enquêté à tort sur le MCG, dans l'élection de Vernier, en oubliant les magouilles électorales du Parti socialiste et de ses travailleurs sociaux qui se sont transformés en agents électoraux pour le PS. Avec Paychère, le parti socialiste sera protégé des enquêtes indiscrètes. Donc, la crédibilité de la Cour des comptes sera entachée par sa seule nomination.

La connivence PS-PLR-Verts-PDC (la bande des quatre) est malsaine.

Quels scandales va-t-on cacher? Quels scandales va-t-on rendre publics?

La confiance est définitivement rompue.

Cette Cour des comptes qui nous coûte 3,5 millions de francs par an et au final environ 20 millions pour une législature pourait apparaître comme un jouet coûteux. Il le sera d'autant plus si, au final, il empêche de réformer la politique menée par le Gouvernement, du fait d'une connivence partisane.

L'honneur perdu de la Cour des comptes - et au passage une perte de crédit de la magistrature - sera très difficile à retrouver. A supposer que cela soit possible.

Commentaires

Dans la mesure où la Cour des Comptes ne s'est pas gênée pour mettre en épingle divers problèmes de fonctionnement dans des départements ou communes tant liés aux socialistes, qu'au verts, qu'à la droite traditionnelle, il n'y a en fait aucune raison objective de penser qu'il y ait une connivence partisane.

Qu'il y ait eu une incroyable erreur de casting lors de la partielle conjuguée à une erreur de casting envers l'autre candidat, conjuguée à des incomptabilités d'humeur n'enlève rien à la crédibiilité de l'institution et de ses rapports, qui sont souvent remarquables si on prend la peine de les lire au lieu de perdre du temps à gloser sur des seaux d'eau ou sur un magistrat se posant en victime, parce que ses co-magistrats ne partagent pas sa vision du monde.

Je note d'ailleurs que le MCG se plaint de la liste commune, mais n'a pas même daigné présenter quelqu'un pour essayer de contrer cette liste, se bornant à soutenir un candidat UDC... Faut pas vous plaindre si des gens sont élus quand vous êtes incapables de présenter quelqu'un.

Écrit par : Amusé | 25/10/2012

"@Amusé
1. Nous avons l'exemple de départements gérés par les socialistes qui ont été protégés de la critique par la Cour des comptes. Comment dès lors ne pas avoir la conviction intime que certains scandales ont été volontairement étouffés et que d'autres ont été orientés politiquement, et l'attitude du juge Geiger apporte, si je puis dire, de l'eau à mon moulin.

2. Nous avons le souvenir d'avoir entendu un magistrat de ladite Cour adepte des démonstrations aquatiques, qui se mettait en rogne contre des questions trop critiques sur un audit de la Cour lors d'une réunion publique.

3. Le MCG est opposé aux juges ultra-politisés - système qui règne à Genève - et favorise les candidatures hors partis ou de magistrats qui savent se placer au-dessus des partis. La candidature de Mme François Sapin est ainsi soutenue par le MCG lors de l'élection à la Cour des comptes, une personnalité indépendante qui sait se placer au-dessus des partis.

4. Nous avons, à plusieurs reprises, été témoins de pressions et d'intimidations sournoises pour que des juges ne se présentent pas sous la couleur MCG. Face à la mésaventure du juge Devaud et à ce terrorisme intellectuel - qui peut devenir physique - on comprend mieux la composition actuelle du Palais de justice: alliance gauche caviar-droite affairiste. 5. Il n'y a pas de quoi être amusé face à la Cour des comptes, au procès-bidon de la BCG et d'autres affaires qui "puent". Certains s'amusent de la déchéance de la Cour des comptes et de sa future auto-destruction si les partis dominants l'emportent

Écrit par : François Baertschi | 25/10/2012

"1. Nous avons l'exemple de départements gérés par les socialistes qui ont été protégés de la critique par la Cour des comptes."

Si c'est le cas, parlez nous en SVP, car les accusations en l'air, c'est un peu facile !

Écrit par : Philippe C | 25/10/2012

Que le juge Geiger soit apparemment un sanguin, cela semble factuel. Mais être sanguin ne prouve en rien, conivence, force occultes, etc. C'est de l'amalgame, contredit par la qualité des rapports.

La politisation de la Cour a débuté avec l'arrivée de Devaud. Il voit le monde par le prisme de ses opinions, c'était déjà le cas lors de ses postes précédents. C'est son choix.

Les autres juges, on serait bien incapable de dire leur bord politique, comme une très large partie des juges classiques d'ailleurs.

Après, même si cela déplait à beaucoup, ayez au moins la décence de respecter le travail des juges et de la justice - c'est nettement plus difficile d'instruire, de juger que d'ergoter sur internet ou dans le GHI à grand coup de yakafaukon. Comme on peut gloser indéfiniment sur le prix réel d'actions minoritaires.

Mais en tout état de cause, le MCG, en ne présentant aucun candidat pour un poste titulaire à la Cour des Comptes est extrêmement mal placé pour se plaindre des juges ou du fonctionnement de la cour. Si on ne propose pas d'alternative à l'électeur, pourquoi se plaindre du resultat de l'élection, qui sera bien évidemment écrasant pour la liste à 3.

Écrit par : Amusé | 25/10/2012

@Amusé

J'espère une seule chose, c'est que vous n'êtes pas un juge. Sinon, je tremblerais pour Genève.

En effet, je suis votre logique: le juge Geiger est un sanguin, il peut fait n'importe quoi.
L'assassin untel est un sanguin, ce n'est rien il peut faire n'importe quoi et aura une peine symbolique.
Pour respecter le travail d'un juge, encore faut-il qu'il soit respectable. On ne peut respecter le travail d'un juge qui lance des seaux d'eau pour intimider un collègue, le travail d'un juge n'étant pas d'intimider ou de lancer des seaux d'eau.
Quant au travail de la Cour des comptes - vu son prix exorbitant - on est à même d'attendre beaucoup. On n'attend pas les mêmes services d'une mobilette que d'une Porsche.
Et je vous rassure, le MCG présente 3 candidats à la Cour des comptes, malgré une atmosphère malsaine d'intimidations et de corporatisme, ce qui relève de l'exploit.
Que l'anonyme "Amusé" et toute sa clique s'inquiètent, nous ne baissons pas les bras et nous nous battrons pour une certaine image de la démocratie qui choque son esprit médiocre.

Écrit par : François Baertschi | 26/10/2012

"un juge sanguin"
Avoir un tempérament "sanguin", voilà une bonne explication à fournir si un jour vous vous trouviez face à un juge ou un policier que vous avez insulté ou agressé sous l'effet d'un coup de colère.
Peut-être que juges qui ont tant de fois condamnés à mort des innocents dans certains Etats américains étaient simplement des "sanguins", eux aussi.

Écrit par : Mère-Grand | 29/10/2012

En attendant, notre procureur choisi de viser le délateur plutôt que de diriger son attention vers la FPLC qui manifestement est en train de dépenser inutilement plusieurs millions de francs d'argent public au bénéfice d'un cercle fermé d'actionnaire des milieux immobiliers.

Écrit par : Djinus | 29/10/2012

Les commentaires sont fermés.